Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Réagissez aux articles historiques sur Béthune publiés dans la Voix du Nord


20 mai 1925 : Béthune rend un dernier hommage à son Maire

Publié par Arnaud Willay sur 20 Mai 2007, 10:50am

Catégories : #Personnalités béthunoises

RINQUIN.jpgCe dimanche 20 mai, l’ambiance va être festive autour des animations du festival de rue Z’ArtsUp!. Il y a 82 ans, le 20 mai 1925, Béthune rendait un dernier hommage à Pierre Rinquin.

   Originaire de Bretagne, Pierre Rinquin est arrivé dans la cité de Buridan en qualité d’inspecteur de l’enseignement primaire. C’est le 19 mai 1912 qu’il fut proclamé maire par le Conseil municipal à une large majorité (24 voix contre 1 à Jean Rey). Dès son élection, il donna des gages de bonne gestion et montra son ambition pour la ville: « la nouvelle municipalité ne vous proposera pas des dépenses exagérées ou inutiles…..elle tiendra à l’honneur de maintenir notre cité au rang qu’elle s’est acquis comme ville de chef lieu d’arrondissement…. »
   De 1912 jusqu’au terme de son mandat le 15 août 1917 en plein premier conflit mondial, que peut on retenir de l’action de Pierre Rinquin ?

   Le mandat de Pierre Rinquin a surtout été marqué par l’actualité internationale et le déclenchement de la première guerre mondiale. Dès 1915, il a du gérer les conséquences financières du conflit et engager des frais de mobilisation. En effet, dès 1915, les bombardements de la ville ont endommagé les bâtiments communaux. Il débloqua des crédits spéciaux pour réparer les dommages de guerre.

   Loin des affres de la guerre, Rinquin a connut des moments plus festifs comme l’ouverture du théâtre municipal le 6 décembre 1912.

   Les paroles en forme d’hommage qui résonnèrent durant ces funérailles résument à elles seules l’action de Pierre Rinquin : « aux heures sombres de la guerre, Monsieur Rinquin Maire de Béthune a pu donner quoi qu’on ait pu dire, de nombreux exemples de courage civique, même en face d’une administration qui n’eut pas toujours la faveur de l’opinion ». Sa fidélité à la ville est toujours restée intacte : « en attendant la reconstruction de son habitation, Monsieur Rinquin vint se retirer avec les siens à Villeneuve Saint Georges avec la ferme intention de revenir à Béthune…. Après chaque apparition, il repartait le cœur gros, les yeux mouillés, désespéré de ne pouvoir passer ses derniers moments dans la ville qu’il avait aimée et pour laquelle il avait gardé toute son affection ».

   Le jour même de sa mort le 17 mai 1925, Alexandre Ponnelle fut proclamé Maire. A cet instant, Pierre Rinquin entrait dans l’histoire de la ville.  

                Arnaud Willay (parution dans La Voix du Nord, le 20 mai 2007)

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents