Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Réagissez aux articles historiques sur Béthune publiés dans la Voix du Nord


Des béthunois aux urnes suite à la dissolution de l'Assemblée nationale

Publié par Arnaud Willay sur 3 Juin 2007, 06:10am

Catégories : #Histoire politique

EDOUARD-CARLIER.jpgDimanche prochain, se déroulera le premier tour des élections législatives. En 1962, les béthunois avaient du prendre le chemin des urnes suite à la dissolution de l’assemblée qui a provoqué des élections.

   Le 10 octobre 1962, le Général De gaulle dissout l’Assemblée nationale après que l’opposition ait adoptée une motion de censure contre la proposition de référendum sur l’élection du Président de la République au suffrage universel direct.

   Les électeurs de la  9ème circonscription du Pas de Calais qui englobait Béthune avaient le choix entre plusieurs candidats lors du premier tour qui s’est déroulé le 18 novembre 1962 : Charles Dubout (Association pour le soutien de la Vème République), Roger Delporte (Union Républicaine), Maurice Cassez, député sortant qui représentait le mouvement républicain populaire, Jacques Vincent (Parti socialiste) et Edouard Carlier pour le Parti communiste.

   Au regard des résultats des deux tours, force est de constater qu’Edouard Carlier a dominé les débats. Après avoir obtenu 11809 voix sur les 41418 suffrages exprimés, Edouard Carlier fut élu député le 25 novembre 1962 en obtenant 19172 voix sur 44323 suffrages exprimés. Il devint un personnage de premier plan dans le Béthunois.

    Sa profession de foi nous en dit plus sur le député communiste. Ce syndicaliste connait bien Béthune. Dans les années 1930, il fait partie de la délégation qui avec les socialistes béthunois a réalisé l’unité d’action et le Front populaire. Il adhéra au Parti communiste en 1933 et participa aux manifestations contre le fascisme. Après avoir participé aux grèves de 1938, il subit la répression et se trouve déplacé dans d’autres dépôts. Il revient à Béthune en 1940 pour constituer un groupe de résistance en juillet 1940. Il lutta ainsi contre l’occupant jusqu’à la libération.

   Edouard Carlier a toujours défendu la cause des travailleurs. Pour lui, tirant les leçons du contexte national, il estimait que « le parti communiste est l’élément essentiel et le plus solide de l’opposition renforcée au pouvoir personnel ». En 1962, Les électeurs de la 9ème circonscription avaient donc été convaincus par ses propos offensifs à l’égard du pouvoir en place. Il allait pouvoir rejoindre les 40 autres parlementaires communistes à Paris pour défendre les intérêts de la circonscription. 

             Arnaud Willay (parution dans La Voix du Nord, le 3juin 2007)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents