Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Réagissez aux articles historiques sur Béthune publiés dans la Voix du Nord


A quelques jours de la première fête organisée par l'office du tourisme en l'honneur du philosophe béthunois

Publié par Arnaud Willay sur 21 Avril 2006, 11:25am

Catégories : #Personnalités béthunoises

L'âne qui a rendu célèbre Buridan,

   A l'instar du poète Conon de Béthune ou encore du botaniste Louis Blaringhem, Jean Buridan fait partie des personnages qui ont marqué l'histoire de Béthune.

   Philosophe, recteur de l'université de Paris en 1328 et 1340, Jean Buridan est né à Béthune vers 1300. Il est une des figures dominantes de la vie scolastique à la faculté des arts de Paris dans la première moitié du XIVème siècle. Il est l'auteur d'un grand nombre de commentaires (commentaires sur Aristote) et de manuels de logique, de philosophie morale. La diffusion de sa pensée est assurée à Paris par un de ses disciples, Albert de Saxe. 

   Il a laissé de nombreuses fables attachées aux traditions populaires dont l'âne de Buridan. De l'antiquité à nos jours, l'âne sacré pour certains, méprisé par d'autres a été pour de nombreux auteurs une véritable source d'inspiration. Jean Buridan a placé l'âne au coeur de l'histoire de Béthune durant la période médièvale. 

   L'expression "l'âne de Buridan" a traversé les siècles pour désigner de nos jours quelqu'un qui est incapable de se départager et de choisir entre deux sollicitations. Cette formule brève a été émise par Buridan sur l'âne qui mourut de faim et de soif, faute d'avoir pu se décider à se tourner d'un côté et de l'autre pour se nourrir du picotin d'avoine et du seau d'eau qui l'entouraient. Il faut noter que la façon dont l'exemple est rapporté varie d'un auteur à l'autre, les uns parlant de deux boisseaux d'avoine, les autres de deux prés.  

   De même, l'argument de l'âne était employé en philosophie bien avant Buridan. Par exemple, le philosophe grec Aristote mentionne dans ses écrits le cas d'un homme à la fois pressé par la faim, la soif et également placé entre un aliment et une boisson. Buridan a en fait donné une couleur nouvelle à cette idée en prenant l'image familière d'un âne. 

   Cette image de l'âne rendue célèbre par Jean Buridan ne resta pas uniquement utilisée dans le domaine philosophique. Jean Ferrat cita même l'expression de Buridan dans sa chanson sur l'âne. 

A. Willay (parution dans La Voix du Nord, le 26 mai 2002)     

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents