Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Réagissez aux articles historiques sur Béthune publiés dans la Voix du Nord


Le 14 mai 1610, une mort royale qui affecta Maximilien de Béthune

Publié par Arnaud Willay sur 14 Mai 2006, 05:07am

Catégories : #Histoire seigneuriale-médiévale


Le 14 mai, le Roi Henri IV est assassiné. Son plus proche collaborateur, Maximilien de Béthune, alias Sully, appartenait à la famille seigneuriale de Béthune.

   Le 14 mai de l’année 1610, le royaume de France perdait un Roi qui s’était efforcé de restaurer l’Etat et le pouvoir monarchique. Henri IV fut assassiné par un moine, François Ravaillac, en plein Paris, alors qu’il allait rejoindre son armée. Le Roi, disposant d’une armée réorganisée par Maximilien de Béthune s’apprêtait à entrer en guerre contre les Habsbourg d’Autriche et d’Espagne. Certains récits historiques expliquent aussi qu’il allait rendre visite à Maximilien.
   On imagine que cette disparition royale a particulièrement affecté son principal collaborateur : Maximilien duc de Sully et Comte de Béthune. Peu de membres de la famille de Béthune peuvent s’enorgueillir d’avoir été aussi proche d’un monarque. Quel fut le rôle exact du duc de Sully auprès de Henri De Navarre ?
   Maximilien de Béthune (1560-1641) connut sous le nom de Sully fut nommé par Henri IV en 1598 surintendant des finances. Son action pour assainir les finances du Royaume -auquel la ville de Béthune n’appartenait pas encore à cette époque- a été très positive. Mais, son action économique qu’il mena avec le Roi fut importante, notamment dans le domaine de l’agriculture. Pourquoi a-t il misé sur l’agriculture ?
   En fait, dès le 14ème siècle, on assiste à une mise en place des structures agraires. Côté agriculture, Béthune était surtout réputée pour la culture du blé. Au début du 17ème siècle, Maximilien a participé à une véritable renaissance rurale dans un contexte ou les travaux agricoles diffusés par l’imprimerie se multipliaient. Le conseiller le plus écouté d’Henri IV pensait que la France ne pouvait se développer sans une agriculture forte. Sa citation selon laquelle « labourage et pâturage sont les deux mamelles qui nourrissent la France » est particulièrement révélatrice de son action. Une action qui laissera de lui, l’image d’un grand visionnaire qui abandonna ses fonctions politiques le 26 janvier 1611, suite à un profond désaccord avec Marie de Médicis, veuve d’un certain Henri IV. 
                             A. Willay (parution dans la Voix du Nord, le 14 mai 2006)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents