Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Réagissez aux articles historiques sur Béthune publiés dans la Voix du Nord


La petite histoire d'une grande confrérie

Publié par Arnaud Willay sur 24 Mai 2006, 19:23pm

Catégories : #Histoire religieuse

   De nos jours, les béthunois apprécient l'existence d'une institution unique en France : la confrérie des charitables. Ils viennent d'être sollicités à l'occasion de ce qu'on appelle la quête des petits plombs.

Dans le passé, les charitables distribuaient des petits plombs en échange d'une somme d'argent. En fonction de leur considération pour la confrérie, les familles prenaient autant de plombs qu'elles désiraient. De nos jours, la distribution des petits plombs a disparu mais les confrères passent toujours dans chaque foyer recevoir un peu d'argent.

   Les charitables ont une histoire aussi lointaine que prestigieuse. En 1188, la paix est signée entre le Roi de France et le comte de Flandre. Cette année est aussi marquée par l'apparition de la peste. Germon et Gauthier, deux maréchaux-ferrants avaient foi en leur patron : saint Eloi. Pendant leur sommeil, il leur conseilla de fonder une confrérie pour porter les défunts en terre : "Fonde une charité et une chandelle en mon nom ; cette chandelle guérira les maladies et les bêtes vivantes qui ont la maladie dont je guéris par la grâce de notre seigneur et qui auront en elle foi et croyance".

   Le 21 septembre, Germon de Beuvry et Gauthier de Béthune se rencontrent donc à la source de Quinty, à la limite des deux communes et s'inquiètent de la situation dramatique qui touche la population. C'est dans ce contexte qu'ils décidèrent de créer une confrérie afin de donner du pain aux pauvres, des soins aux malades, de consoler les mourants et surtout ensevelir les corps.

    Peu à peu, ils seront rejoints par des habitants de Béthune et Beuvry. Grâce à leur action, la peste recula mais les charitables continuèrent leur mission au fil des siècles.

   Depuis 1188, la confrérie reste fidèle à sa devise : Exactitude (par respect pour le défunt), Union (derrière les prévôts et mayeurs sans faillir à leurs devoirs) et Charité (services totalement gracieux). De nos jours, les charitables, qui font partie intégrante de l'histoire de Béthune ont deux missions principales : porter les morts en terre et secourir les déshérités.

A. Willay (parution dans La Voix du nord, le 30 juin 2002)

Illustration : Statue de Saint-Eloi, patron des Charitables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents