Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Réagissez aux articles historiques sur Béthune publiés dans la Voix du Nord


L'agriculture, une richesse béthunoise en 1932

Publié par Arnaud Willay sur 4 Juin 2006, 06:33am

Catégories : #Histoire économique et sociale

   

   Aujourd’hui et demain, les fêtes de la Pentecôte s’installent à Béthune. A l’origine, la Pentecôte est une fête juive, une fête agricole devenue religieuse.

   Une grande foire agricole en pleine ville avec au programme des démonstrations équestres, présentation de chevaux de trait et conduite de tracteurs. Ce n’est pas la première fois que la ville met à l’honneur le monde agricole dans le cadre des festivités de la Pentecôte. Une sorte de clin d’œil au passé si l’on considère que l’agriculture constituait un véritable atout pour la cité de Buridan et son arrondissement. Un atout qui n’a pas été oublié par le guide touristique de l’arrondissement de Béthune publié par le syndicat d’initiative en …1932. Ce document, édité pour attirer les touristes, met à l’honneur les richesses de l’arrondissement. Force est de constater qu’en 1932, l’agriculture était considérée comme une vraie richesse pour le béthunois.

   L’arrondissement se divisait en trois parties. Le Bas-Pays, vaste pleine humide au Nord de Béthune permettait une culture intensive dont les rendements dépassaient les moyennes courantes. Le Haut pays situé à l’Ouest de Béthune possédait un sol sec qui donnait aussi de bonnes récoltes. Enfin, la plaine de Lens, au sud est de la cité de Buridan, était constituée d’un sol peu riche qui « a cependant pu être rendu fertile, grâce à la ténacité et à l’intelligence d’un grand agriculteur… ». On n’en attendait pas moins de la part d’un guide de valorisation touristique !

    Au-delà de ces considérations très « terre à terre », on peut s’interroger sur la situation de l’agriculture béthunoise en 1932. Avec 8000 fermes et 64000 hectares de terre labourable, la moyenne des rendements agricoles démontrait que la culture pratiquée dans le béthunois était, selon le guide, faite d’une façon raisonnée, industrialisée et intelligente.

    Cette vision idyllique de l’agriculture locale n’est-elle pas exagérée ? Est-elle en phase avec la situation agricole dans le reste du pays ? En fait, dès 1931, la crise financière touche la France. Des difficultés frappent aussi l’agriculture qui souffre notamment de surproduction. L’économie française sombrait peu à peu dans un profond marasme. Une situation qui ne semblait pas affecter l’agriculture béthunoise ! Mais, pour combien de temps ?

A. Willay (parution dans la Voix du Nord, le 4 juin 2006)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents