Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Réagissez aux articles historiques sur Béthune publiés dans la Voix du Nord


Le Petit Béthunois annonce la fête nationale...le 15 juillet

Publié par Arnaud Willay sur 16 Juillet 2006, 07:30am

Catégories : #Festivités locales

Fondé pendant la première guerre mondiale, le Canard enchaîné n’avait pas encore, en 1926, pris l’habitude de réserver une rubrique hebdomadaire aux lapsus, coquilles, perles et bourdes en tous genres de la presse déchaînée. Le Petit béthunois l’a échappé belle.

   Cette année là, pour respecter la célébration du 217ème anniversaire de la prise de la bastille, la commission municipale des fêtes avait concocté un programme sur mesure aux béthunois. Parmi les animations prévues pour cette fête nationale, on prévoyait le mercredi 14 juillet un concours de tir pour les anciens élèves de l’école laïque, un lâcher de pigeons voyageurs, des joutes sur l’eau sans oublier le feu d’artifice suivi du bal populaire. Un programme à priori attractif s’il avait été publié à temps. Or, quelle surprise de constater que ce 14 juillet avait été annoncé un jour en retard, dans le petit béthunois du …15 juillet 1926 ! Même si l’édition du 11 juillet avait évoqué les festivités, le programme complet proposé aux béthunois était en première page…le 15 juillet.
   Alors, ce qui apparaît 80 ans après comme une « bizarrerie historique » a une explication si l’on regarde de plus près le rythme de parution du journal local en 1926.
   En fait, aucune erreur de conception ou d’impression ne pouvait être imputée à la rédaction. Loin du rythme de parution de la presse contemporaine, le petit béthunois paraissait en 1926 deux jours par semaine, les jeudi et dimanche. Pour cause de 14 juillet, les ateliers du journal républicain dirigé par Jules Logier étaient fermés le mercredi. A cause de ces nécessités de tirage, la parution, fut donc avancée tout naturellement le mardi 13 juillet avec une édition datée du 15 ! Une anomalie qui nous donne l’occasion de nous interroger sur la situation de la presse locale à l’époque du petit béthunois ?
   Si l’on se réfère à l’Histoire générale de la presse, les journaux de province, par rapport à la presse parisienne, connaissaient une audience en augmentation. Parmi les raisons évoquées, on peut retenir l’amélioration du contenu des journaux et la multiplication des éditions locales, représentant une grande révolution pour les contemporains d’Aristide Briand ou Raymond Poincaré. Une presse provinciale qui n’allait pas tarder à être concurrencée par un autre média en vogue dans les années vingt: la radio. 

            Arnaud Willay (parution dans la Voix du Nord, le 16 juillet 2006)


Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents