Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Réagissez aux articles historiques sur Béthune publiés dans la Voix du Nord


Quand les "bouffeurs de curé" menaçaient les charitables

Publié par Arnaud Willay sur 13 Août 2006, 06:38am

Catégories : #Histoire politique

Les habitués de notre rubrique estivale « le nez en l’air » peuvent découvrir au fil des articles que l’histoire permet de prendre un peu de hauteur. De la hauteur, il n’en était pas question dans la chronique présente dans la presse locale en…1902. Le béthunois qui l’animait tenait au contraire des propos très « terre à terre ».
   Dans les années d’avant-guerre, la presse regorgeait de témoignages qui nous renseignent sur le climat d’une époque. Le récit développé par un vieux béthunois durant l’été 1902, un certain Saint-Sair, est particulièrement précieux. Dans le petit béthunois du 14 août 1902, il livre sa vision de la politique nationale. Des propos qui donnent des indications notables sur l’état de la République ou la question du cléricalisme.
   Il estimait ainsi avoir « eu pendant des années et des années des gouvernements mollassons qui n’ont pas su profiter des circonstances et des majorités que leur envoyait le suffrage universel pour réaliser les principaux articles du vieux programme républicain… ». Des propos amers peu étonnant quand on sait que la Troisième République (1870-1940) a consacré la démocratie mais l’a aussi confisquée. En évoquant les majorités envoyées par le suffrage universel, peut-être que notre béthunois pensait au triomphe électoral des républicains emmenés par Gambetta aux élections de février-mars 1876 obtenant 360 élus contre 170 aux conservateurs ! Sans aller si loin, les circonstances politiques favorables évoquées dans ce témoignage étaient valables en 1902 : quelques semaines avant ces propos, n’oublions pas que les élections d’avril-mai furent triomphales pour le parti radical et Emile Combes. Celui-ci se rallia avec les socialistes au travers de la majorité nommée « Bloc des gauches ou Bloc républicain » qui existait aussi à Béthune.
   Une République qui était pourtant bien installée car il estimait que « le souffle républicain s’est malgré tout répandu sur le pays… la preuve, c’est que malgré leur tapage et leurs clameurs, les cléricaux n’arrivent pas au résultat qu’ils auraient escompté un moment». Le cléricalisme constituait une des grandes questions de cette période de la troisième République. Rien d’étonnant donc à ce que ces propos rapportés dans la presse évoquent une position défavorable à l’essor du cléricalisme. De propos qui relayaient en quelque sorte l’action du gouvernement. Celui-ci dirigé par Emile Combes mena un combat anticlérical remarqué et tenace. La fermeture des écoles congréganistes avait même fait hurler les catholiques ! A Béthune, ce contexte lié à la question religieuse pouvait mettre en cause l’existence même de la confrérie des charitables. Fort heureusement, elle fut sauvée grâce à l’intervention de la municipalité béthunoise dirigée par le Républicain Alfred Legillon.

                   Arnaud Willay (parution dans La Voix du Nord, le 13 août 2006)

Illustration : Alfred LEGILLON, Maire de Béthune de 1892 à 1907.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents