Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Réagissez aux articles historiques sur Béthune publiés dans la Voix du Nord


1925 : un sous-secrétaire d'Etat providentiel pour l'hôtel de ville

Publié par Arnaud Willay sur 28 Octobre 2006, 08:22am

Catégories : #Histoire politique

En cette période pré électorale, les candidats arpentent le pays pour défendre leurs idées. La presse béthunoise du 29 octobre 1925 relate la visite du Sous-secrétaire d'Etat aux régions Libérées. C'était le 24 octobre et on parlait plutôt gros sous.  
   Après la première guerre mondiale, suite aux destructions subies par de nombreuses régions françaises, ledit secrétariat une position stratégique. Sept ans après la fin de la guerre, Béthune accueillait Jammy Schmidt (1872-1949).
   Jammy Schmidt fut reçu à Béthune dans une mairie provisoire. En effet, les bombardements de 1918 avaient détruit l'Hôtel de ville, qui n'était pas encore reconstruit en 1925. Et pour cause ! Le conseil municipal du 3 septembre 1925 avait seulement décidé la mise au concours d'un projet de l'Hôtel de ville ouvert aux architectes du Nord-Pas-de-Calais.
Le Ministre exprima au Maire Alexandre Ponnelle « les difficultés financières de l'heure présente et fait appel pour les surmonter à l'union de tous les français » en promettant « son concours au relèvement des régions dévastées par la guerre ». Un concours de l'Etat que Alexandre Ponnelle sollicita sans réserve en demandant au Ministre l'autorisation de contracter un emprunt de 6 millions à prendre sur les dommages de guerre de la ville en vue de la reconstruction des bâtiments communaux et l'autorisation d'acheter un terrain pour l'aménagement d'un stade municipal dont la dépense serait imputée sur la valeur 1914 des dommages. Une demande d'aide financière qui n'était surement pas faite au hasard. En effet, Jammy Schmidt était en charge des Régions libérées mais occupait aussi le poste de Sous-secrétaire d'Etat aux finances. Le Ministre promit de se faire l'avocat de Béthune auprès du gouvernement dirigé par Paul Painlevé.
   Pour comprendre la requête d'Alexandre Ponnelle, il faut se replacer dans le contexte de l'époque. A bien des égards, 1925 constitue un tournant dans la reconstruction de la ville. L'exemple de celle de la mairie est significatif. Alexandre Ponnelle lors de son élection le 17 mai 1925, quelques mois avant cette visite ministérielle, a décidé d'annuler le projet de reconstruction de l'Hôtel de ville présenté par Cordonnier. Il faut dire que la ville avait comme dommages de guerre pour la reconstruction de son Hôtel de ville 1 016 753 francs. Or, le projet "grandiose" selon les termes employés à l'époque présenté par Cordonnier aurait couté 3 500 000 francs ! Un investissement hors de question pour Emile Pignon, Premier adjoint au Maire, qui déclara au conseil du 2 juillet 1925 que « le moment des vaches grasses est passé et que la situation de la ville est actuellement la même que celle des sinistrés qui attendent encore le règlement de leurs dommages ». La visite de Jammy Schmidt, quatre mois après l'arrivée d'Alexandre Ponnelle tombait à point nommé.

               Arnaud Willay (parution dans La Voix du Nord, le 29 octobre 2006)
Illustration : la mairie détruite en 1918.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents