Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Bienvenue sur le blog de Arnaud Willay

Réagissez aux articles historiques sur Béthune publiés dans la Voix du Nord


Quand le boulevard Degeorges laissait place au boulevard Poincaré

Publié par Arnaud Willay sur 16 Avril 2011, 16:13pm

Catégories : #Avenues - rues et places béthunoises

GARAGE 2Cela sera sans doute un boulevard béthunois très fréquenté durant cette année capitale. Le boulevard Poincaré, qui relie la gare au centre ville accueille aussi le garage, un lieu vitrine de Béthune 2011…Retour sur le passé de cette artère béthunoise.

 

   Avant d’être dédié à l’ancien Président de la République Raymond Poincaré, ce boulevard portait le nom du journaliste Frédéric Degeorges. Un boulevard qui a fait l’objet de toutes les attentions notamment en 1923. En effet, diverses actions ont été engagées en 1923  pour soigner son aspect : reconstruction des trottoirs, plantation d’acacias. Et pour finir, le conseil du 31 août décidait la pose de 32 candélabres par la société béthunoise d’éclairage.

 

 logoCRC              Le boulevard Frédéric Degeorges est aussi connu pour avoir permis le passage d’un tramway. Un aménagement dans ce boulevard qui à l’époque ne faisait pas l’unanimité. Certains conseillers municipaux expliquaient les dangers pour la circulation liés au déplacement de la voie. D’autres souhaitaient voir passer le tramway avenue de Lens.  

Si le nom de cette artère tracée en 1895 pour relier la gare au centre ville a été donné à Poincaré ce n’est pas un hasard. En effet, les liens qu’il a noué avec Béthune sont indiscutables. Lors de sa venue dans la cité le 28 décembre 1919 pour remettre la croix de la légion d’honneur à la ville, il est passé par le boulevard Degeorges. D’ailleurs, la mort de Raymond Poincaré en 1934 avait suscité une vive émotion à Béthune. Lors du conseil municipal du 13 novembre 1934, le Maire Alexandre Ponnelle lui rendait un hommage appuyé parlant d’un homme « qui s’est dépensé sans compter par amour de la patrie ».

 

                 Arnaud WILLAY (parution dans La Voix du Nord, le 17 avril 2011)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents